Menu

Solo

Violoniste mais aussi trafiquant de bijoux, Vincent Cabral découvre, à l’occasion d’un raid meurtrier mené par un groupuscule d’extrême-gauche, que son jeune frère, Virgile, en est le chef. Afin de l’aider à échapper à la police, Vincent se lance à la recherche de son cadet et s’immisce malgré lui dans l’engrenage tragique des attentats perpétrés par les révolutionnaires…

Disponible en VOD

Le film par Mocky

"Mai 68 m’a déçu. Et de cette déception est né Solo, ma façon de voir l’après-Mai[...] Solo annonçait Action directe et les Brigades rouges. Vincent sauve son frère et son amie mais il le paie de sa vie. Il ne s’agit pas d’une apologie de la violence mais d’une écoute des jeunes qui veulent changer la société et qui vont être pris dans l’engrenage. Les desperados du capitalisme sauvage. Leur mort sera inutile mais inévitable. Le film a eu un certain retentissement parce qu’il montre la fin des révolutions et de l’espérance."

Le film par Olivier Père

"La palette de Jean-Pierre Mocky, estampillé auteur comique, est beaucoup plus variée qu’on le pense. Chez lui l’humour et la fantaisie n’excluent pas la mélancolie, la violence et même le tragique. Ainsi, le Mocky de la grande époque a sans doute réalisé certains des meilleurs films politiques français, maquillés en polars de série B. Solo est le premier titre d’une série de films qui traverse l’œuvre de Mocky à partir des années 70. Le cinéaste s’y attribue souvent le rôle principal. Ces films répondent à un canevas immuable : un homme seul est confronté à la corruption, à la violence et à la connerie ordinaires. Il y perdra la vie. Ces thrillers pamphlétaires tranchent avec ses comédies excentriques et entendent dresser un état de lieux de la France et de ses institutions au moment du tournage. Réfractaire à toute forme d’esprit de sérieux ou de discours pontifiants, Mocky préfère alors puiser son inspiration dans les rubriques de faits-divers, les scandales locaux ou dans des romans américains de série noire, dont il adapte l’intrigue dans un contexte tricolore. Le point de départ de Solo est l’analyse à chaud des conséquences immédiates de mai 68 par le cinéaste. Les idéaux révolutionnaires de jeunes gauchistes se sont mués en nihilisme anti-bourgeois, qui les conduit au passage à l’acte terroriste. Le frère aîné d’un des membres du groupe, un escroc individualiste, va tenter de devancer la police et d’empêcher un nouveau carnage. Solo est une course-poursuite dans la nuit menée tambour battant, truffée d’action et d’idées de mise en scène, où l’on sent l’influence du film noir américain. Mocky endosse avec panache la défroque d’un antihéros au cynisme de façade. Son interprétation, ainsi que le thème musical signé Georges Moustaki, nimbent Solo d’un romantisme ténébreux."

À découvrir

Acheter Louer DVD Fichier VOD à notre comptoir de vente
Découvrez
nos cartes

À propos

Un film de : Jean-Pierre Mocky
Avec : Jean-Pierre Mocky, Anne Deleuze, Dennis LeGuillou, Sylvie Bréal, Henri Poirier, Christian Duvaleix, Eric Burnelli, Alain Fourès
Scénario : Jean-Pierre Mocky
Adaptation : Jean-Pierre Mocky et Alain Moury
Dialogues : Alain Moury
Assistants réalisateurs : Luc Andrieux, Pierre Drouot et Jacques de Chavigny
Images : Marcel Weiss
Opérateur : Paul Rodier, assisté de Christian Dupré
Son : Séverin Frankiel et Lucien Yvonnet
Musique : Georges Moustaki
Montage : Marguerite Renoir, assistée de Sophie Tatischeff
Production : Balzac Films, Eclair (Paris) - Cinévog, Schowcking (Bruxelles)
Durée : 01H29