Menu

Le piège à cons

"68 les barricades, aujourd’hui les pétitions mais alors dans 10 ans qu’est ce que vous allez faire, chanter l’Ave Maria ?"

Apres les événements de Mai 68, un professeur aux idées révolutionnaires est contraint de s’exiler. Il revient dix ans plus tard pour retrouver son élève et disciple, Serge Lanier. Mais celui-ci est abattu par un jeune policier. Son amie, Francine Vaneau, demande au professeur de l’aider à le venger.

Disponible en VOD (depuis la France métropolitaine uniquement)

A propos du film

"Le piège à cons" est le troisième volet d’une trilogie commencée avec Solo et L’Albatros en 1970 et 1971 à propos des évènements de mai 1968.

Réalisé en vingt-cinq jours, avec un budget modeste et beaucoup de ténacité par tous les participants, LE PIÈGE A CONS suggère à Jacques Siclier cette réflexion : "Mocky n’a pas son pareil pour diriger, en faisant rire, sa caméra sur les tares de la société. Cette satire est menée tambour battant à la manière d’un thriller. Avec son feutre et son imperméable noir, Mocky apparaît comme une des dernières figures romantiques du cinéma français, comme un superbe et confortant anachronisme." (Télérama)

Pour Mocky, le personnage du film est comme la résurrection du héros romantique qui meurt à la fin de Solo : "il ressuscite sous la forme d’un professeur, théoricien politique de 68, qui s’est exilé en Indonésie. Quand il rentre en France, le socialisme à la Mitterrand est en marche. Il est confronté à une arrière-garde, un dernier carré de terroristes fatigués et une nouvelle vague de jeunes qui ne veulent plus poser de bombes mais changer la vie avec la force tranquille d’un socialisme repeint à neuf."

L’article complet sur le film à lire ici

Revue de presse

Télérama : "Du Mocky pur sucre, vaguement bâclé (ça fiche en rogne Mocky quand on l’écrit, mais c’est vrai). En compensation, on a droit à de la mélancolie et de la dérision, à un délire de poursuites sanglantes. Film d’amour et d’anarchie, qui ôte le masque des visages. Des trublions comme lui font un bien fou." (Pierre Murat)

Encyclopédie Le cinéma  : "Dans Le Piège à cons, Mocky considère avec un détachement amer la fin des illusions révolutionnaires et la pérénnité d’une société fondée sur le mensonge et l’escroquerie. Jamais, chez Mocky, la nostalgie n’oblitère la lucidité."

Ecran large : "Un Mocky comme souvent dénonciateur, à l’affût du politique et de la jeunesse contestataire mais cette fois dans un monde corrompu, sclérosé et où toute tentative de rebellion semble vaine et inutile. Situant l’action dix ans après mai 1968 et au milieu de la crise pétrolière des années 70, Mocky filme la fin d’une époque, la fin des espérances en un monde meilleur et un retour à la case départ avec manifs, grèves et jeunes en colère."

Acheter Louer DVD Fichier VOD à notre comptoir de vente
Découvrez
nos cartes

À propos

Un film de Jean-Pierre Mocky
D’après l’œuvre originale de : Jacques Dreux
Producteur : Jean-Pierre Mocky
Scénario : Patrick Granier, Jacques Dreux
Année : 1979
Durée : 01H30