Menu

Bernard, ni dieu ni chaussettes

BERNARD, 10 ANS PLUS TARD

Après "Bernard, ni dieu ni chaussettes", le réalisateur Pascal Boucher
est retourné filmé Bernard Gainier, dix ans après, pour ses 80 ans. Un nouveau film est né : "Le ciel peut attendre".

Nous réunissons aujourd’hui dans un coffret DVD les deux films de Pascal Boucher. Vous pouvez dès maintenant précommander le DVD à tarif réduit (livraison à l’automne).

LE CIEL PEUT ATTENDRE

En 2010, sortait en salle le film documentaire "Bernard, ni dieu ni chaussettes", qui dressait le portrait de Bernard Gainier, un des derniers diseux en patois beauceron des textes du poète Gaston Couté. Mais quelques années plus tard, aux salles de cinéma succédèrent les salles d’hôpital. Ce gardien de la mémoire paysanne perdait la sienne. L’histoire aurait pu s’arrêter là… Mais c’est sans compter sur les mystères du cerveau et son désir inébranlable de liberté, le ciel peut attendre ! Plus d’informations ICI.

BERNARD NI DIEU NI CHAUSSETTES

Sur les bords de Loire, Bernard Gainier continue bon gré mal gré à cultiver sa vigne et à partager son vin entre amis au « Bureau », sa cave. À 73 ans, il a toujours vécu seul et reste fidèle à un mode de vie rural qu’il a toujours connu. Bernard est un gardien de la mémoire, celle du poète local Gaston Couté, héritier de François Villon, qui connut son heure de gloire dans le Montmartre de la Belle Époque.
Les deux hommes, qu’un siècle sépare, ont en commun des idées libertaires et la volonté de témoigner de la condition paysanne des plus humbles. Depuis 25 ans, Bernard écume les salles des fêtes de la région pour faire entendre les textes du poète écrits dans sa « langue maternelle », le patois beauceron. En 2009, il a enregistré son premier CD en solo, une consécration qui le laisse de marbre… « J’chu d’abord un pésan ».

Revue de Presse

- L’Humanité - Jean Roy : « Dans la tradition du portrait, ce magnifique documentaire honore un paysan à la tête de bois et au coeur (à gauche toute) de velours. »

- Le Figaro - Anthony Palou : « Une seule envie après avoir vu ce film : aller prendre un verre dans le « bureau » de Bernard - véritable personnage de ­cinéma - afin qu’il nous conte encore et encore des histoires. »

- Studio CineLive : « Un humour à vif et un humanisme cisèlent ce portrait et cette invitation au dilettantisme, plus indispensable que jamais en ces temps où tout n’est qu’efficacité et rentabilité. »

NOTE D’EDITION

Bernard, ni dieu ni chaussettes est un documentaire qui rend hommage à une paysannerie en voie de disparition et au poète Gaston Couté (1881-1911), injustement oublié des anthologies de poésie. Pascal Boucher voulait réaliser un documentaire sur ce poète libertaire et pacifiste du début du siècle dernier qui connut son heure de gloire dans les cabarets de Montmartre. Lors de ses recherches, il a rencontré Bernard Gainier, un vigneron atypique de Meung-sur-Loire, ville d’enfance de Couté, aux idées anarchistes et diseur - en patois beauceron - des textes du poète. Le réalisateur s’est alors décidé à réaliser un portrait de Bernard avec en filigrane l’ombre bienveillante du poète. Le film a été très apprécié à sa sortie par l’ensemble de la critique qui salue le travail du réalisateur, la poésie qui se dégage du film et des textes, l’originalité du personnage, la sensibilité avec laquelle il est filmé. Il a aussi rencontré un beau succès public au cinéma partout en France et a mis la région Centre à l’honneur lui rappelant une partie de son histoire populaire oubliée.

LE P’TIT CREME CHANTE GASTON COUTE

Le P’tit Crème est un groupe musical Orléanais fondé en 1992, interprétant de la chanson française, notamment sur des textes de Gaston Couté et de François Béranger. Plus d’informations sur leur site.

INFOS LIBRAIRES

Parution : 25 novembre 2010
Diffusion : Les Belles lettres et Arcadès
Code EAN : 3770001117003

Acheter Louer DVD Fichier VOD
Une édition des Mutins Infos projection publique

À propos

Un film de Pascal Boucher
Avec : Bernard Gainier, le groupe le P’tit Crème et le fantôme du poète Gaston Couté
Produit et édité par Les Mutins de Pangée
Codistribution : Les Mutins de Pangée & Les Films des Deux Rives
Durée : 1h26
Sortie au cinéma le 24 mars 2010

Actualité & vidéos