Menu

Sochaux, 11 juin 1968

Le film fait partie du coffret Les groupes Medvedkine et est aussi disponible en VOD et téléchargement

Le film

11 juin 68.

Après 22 jours de grève, la police investit les usines Peugeot à Sochaux : deux morts, cent cinquante blessés. Des témoins racontent.

En ce 11 juin 1968, l’usine Peugeot de Sochaux est toujours occupée. Les ouvriers de l’industrie de l’automobile ne sont pas vraiment convaincus d’avoir obtenu toutes les satisfactions espérées mais les patrons et le gouvernement veulent forcer le retour à la normale. Sous les ordres de la préfecture et de la famille Peugeot, les CRS sont envoyés pour mater la révolte. Ils chargent les ouvriers avec une violence inouïe, qui va faire près de 150 blessés, des pieds arrachés par des grenades lancées par grappes, des tirs tendus, des balles et deux morts du côté ouvrier : Pierre Beylot et Henri Blanchet.

À l’époque, pas de smartphones mais une caméra Super 8 tenue par un chauffeur de taxi. Pendant les révoltes de 1968, les images amateures envoyées au développement n’avaient souvent pas l’occasion de revenir à leurs propriétaires… Elles disparaissaient mystérieusement. Mais le chauffeur de taxi était allé faire développer ses bobines Super 8 en Suisse, parce que la Suisse est à côté et que c’était moins cher. Les bobines sont donc passées à travers la censure. Les ouvriers sont allés voir le chauffeur de taxi et ont réquisitionné les images, lui expliquant qu’elles appartenaient à la classe ouvrière. Un film était donc possible, la mémoire des ouvriers étant encore sous le choc.

Aller plus loin

Là-bas si j’y suis : "Le 11 juin 1968 à Sochaux, plus la classe ouvrière est instruite, moins on peut la gouverner". A réecouter ici

"Juin meurtrier à Sochaux", un article de Liberation : Deux hommes sont morts pendant la grève de mai-juin 1968 aux usines Peugeot de Sochaux (Doubs). Ils s’appelaient Pierre Beylot et Henri Blanchet. Ils avaient 24 et 49 ans. Le premier a été tué d’une balle tirée par un CRS, le second a chuté d’un mur. Cela s’est passé le 11 juin, au cours de violents affrontements entre ouvriers et forces de l’ordre chargées de « libérer » l’usine. Dans un petit square, près de l’actuelle entrée de l’immense site industriel, une stèle marque le souvenir des deux victimes (1) : « A la mémoire de Pierre Beylot et Henri Blanchet, tombés pour le libre exercice du droit de grève. » L’article complet ici

"11 juin 1968 : ce jour où deux ouvriers de Peugeot Sochaux ont trouvé la mort", un sujet de France 3 Bourgogne à visionner ici

Acheter Louer DVD Fichier VOD à notre comptoir de vente
Découvrez
nos cartes

À propos

Un film du groupe Medvedkine de Sochaux
Durée : 19 min
Production : ISKRA