Menu

Marius et Jeannette

Le Monde... Marseille... Quartiers Nord... L’Estaque. Marius et Jeannette sont au milieu de leur vie. Marius vit seul dans une immense cimenterie désaffectée qui domine le quartier. Il est gardien de cette usine en démolition.
Jeannette élève, seule, ses 2 enfants avec un maigre salaire de caissière. Elle habite une minuscule maison ouverte sur une courette. Ses voisins de cour, Caroline et Justin, Monique et Dédé, l’encouragent avec force éclats de rire et coups de gueule. La rencontre de Marius et Jeannette ne sera pas simple car, outre les difficultés inhérentes à leur situation sociale, ils sont blessés... Par la vie.

Le film décrit la renaissance de leur capacité à être heureux. Cette romance populaire se terminera bien car... Il le faut.
Il faut réenchanter le monde.

Disponible en VOD - depuis la France métropolitaine uniquement - et en téléchargement

Revue de presse

Télérama : "Derrière cet aspect pétillant, il y a la profondeur de sentiments très forts, même s’ils s’expriment avec pudeur. Pour ne pas trahir ces gens-là, il fallait se placer à la bonne distance. Il est là, le petit miracle : Guédiguian est tellement en phase avec ses héros qu’on accepte tout. Ce réalisme tamisé par un optimisme de principe. Cette utopie d’un monde meilleur. Dans ce cinéma d’une lumineuse sensibilité, Guédiguian allie une conviction inébranlable à un sens aigu du cinéma populaire."

Les Inrockuptibles : "Guédiguian revendique avec franchise son utopie ouvriériste et ne prétend aucunement faire dans le panel sociologique ou le néoréalisme. C’est-à-dire qu’il ne triche pas et qu’en affichant d’emblée son "mensonge", il dit d’une certaine façon la vérité (ou du moins, sa vérité). Ensuite, une fois admis qu’on va passer un moment avec ces ouvriers de l’Estaque et personne d’autre, il faut avouer qu’on y est plutôt bien reçu. Simplicité pédagogique des dialogues, humour des situations, tonicité des comédiens, utilisation scénographique des lieux (une courette mitoyenne en guise de forum miniature, une cimenterie désaffectée comme ruine de l’économie libérale), bienveillance d’une caméra attentive et sans esbroufe ­ Guédiguian nous introduit avec précision et empathie (et aussi un brin d’artificialité théâtrale totalement assumée) dans une famille qu’il connaît bien : sa famille de cinéma, qui est aussi la projection de sa vraie famille d’origine."

À découvrir

Acheter Louer DVD Fichier VOD à notre comptoir de vente
Découvrez
nos cartes

À propos

Réalisateur : Robert Guédiguian
Scénario : Jean-Louis Milesi et Robert Guédiguian
Musique originale : Jacques Menichetti
Directeur de la photographie : Bernard Cavalié
Ingénieur du son : Laurent Lafran
Perchman : François Domerc
Mixeur son : Jean-Yves Rousseaux
Décorateur : Karim Hamzaoui
Maquilleur : Maïté Alonso
Assistant-réalisateur : Jacques Reboud
Monteurs : Bernard Sasia, Valérie Meffre, Lydie Ferran
Producteur : Gilles Sandoz
Directeur de production : Malek Hamzaoui
Société de production : Agat Films & Cie (France)
Visa : 90 148