Menu

La mort se mérite (au cinéma)

Un film de Nicolas Drolc produit par les films furax / Nicolas Drolc

AU CINEMA A PARTIR DU 20 SEPTEMBRE 2017, distribué par Les Films des deux rives

Avec le soutien des Mutins de Pangée, de la ligue des droits de l’Homme, de l’Humanité.

AVANT-PREMIERE à L’espace St-Michel à Paris

A ne pas manquer : MERCREDI 20 SEPTEMBRE à 20h, suivi d’un débat avec Serge Livrozet et le réalisateur Nicolas Drolc.

Espace St Michel, place St Michel, Paris 5ème

Prochaines projections :

- 22 septembre à 20h30 :
Espace Saint-Michel à PARIS (75) -
en présence d’Emmanuel Naquet, historien et chercheur-associé
à Sciences Po, en partenariat avec la Ligue des Droits de l’Homme

- 27 septembre à 20h15 :
Cinéma Le Cameo à NANCY (54) -
en présence de Nicolas Drolc

- 28 septembre à 20h :
Cinéma Le Diagonal à MONTPELLIER (34) -
en présence de Nicolas Drolc, en partenariat avec le GENEPI

- 5 octobre à 19h :
Parc à Chaînes à BREST (29) -
en présence de Nicolas Drolc, dans le cadre du Festival
Intergalactique de l’Image alternative

​​- Semaine du 11 octobre :
Cinéma Le Méliès à ST ETIENNE (42)

- Semaine du 18 octobre :
Cinéma Le Méliès à ST ETIENNE (42)

- 28 octobre :
Cinéma Le Videodrome à MARSEILLE (13) -
en présence de Nicolas Drolc

- Semaine du 25 octobre :
Cinéma Omnia République à ROUEN (76)

- Semaine du 25 octobre :
Cinéma Espace noir à ST IMIER (Suisse)

- 18 novembre à 20h :
Cinéma à ST ANTONIN NOBLE VAL (82) -
en présence de Nicolas Drolc, ouverture des Hivernales du documentaire

L’histoire

Fils de prostituée, ancien plombier devenu perceur de coffre-fort pour s’extraire de sa condition sociale, incarcéré à plusieurs reprises, intellectuel et écrivain autodidacte, éditeur, ami de Michel Foucault avec qui il fonda le Comité d’Action des Prisonniers, figure de la contre-culture française des années 70 et co-fondateur du journal Libération, Serge Livrozet, 77 ans, ne regrette rien. "Né pauvre, et conséquemment destiné à être exploité, il a tout simplement et tout naturellement décidé de prendre de l’argent où il considérait qu’il y en avait trop. Ni Arsène Lupin ni Robin des Bois, cet insurgé viscéral a pratiqué la délinquance alimentaire comme une guérilla politique. Radicalisé par la prison, c’est finalement son existence entière qu’il a passée, avec une intransigeance et un courage sans faille, à se mutiner contre la salauderie du monde" (Jean-Pierre Bouyxou). Devant la caméra intimiste de Nicolas Drolc, cet "anarchiste qui n’aime pas les bombes" se laisse dresser le portrait en n’étant tendre ni avec lui-même, ni avec la vie et les plaisirs qu’il y recherche pour "rendre ce séjour merdique le moins désagréable possible".

Le réalisateur, Nicolas Drolc, avait fait la connaissance de Serge Livrozet lors du tournage de son premier film Sur les toits, édité en Dvd par les Mutins de Pangée. Il revenait sur les événements qui s’étaient déroulés dans les prisons françaises en 1971-1972 : pour la première fois des prisonniers déclenchèrent des révoltes collectives et prirent le contrôle de leurs prisons. Le film dépoussière cette page méconnue de l’histoire des luttes sociales en compagnie de ceux qui ont vécu, déclenché, réprimé, analysé et défendu ces révoltes.

Vous pouvez retrouver un entretien avec le réalisateur sur le nouveau jour J

Générique

Réalisation : Nicolas Drolc
Production : les films furax / Nicolas Drolc
Ecriture, images, son, montage : Nicolas Drolc
Montage son / mixage / habillage sonore : Antoine Salvi
Musique : Quintron’s weather warlock / Broken spirits
Etalonnage : Vincent Delbos / Toile blanche
Distribution : Les Films des deux rives

SUR LES TOITS

A l’occasion de la sortie de son nouveau film en salles, le réalisateur-producteur Nicolas Drolc vous offre son film précédent en VOD : Accès libre ici.

Et aussi en téléchargement et DVD...
- En savoir plus

Actu plus ancienne Actu plus récente