Livre

Un livre écrit par deux gardés à vue dans l’affaire du corbeau de l’Hérault et que l’on retrouve dans le film : Pierre Blondeau (le buraliste) et Marcel Caron (le principal de lycée à la retraite), tous deux militants, tous deux écrivains.

« Coup de filet, rafle »… 150 des meilleurs policiers de ce pays, venus de Paris, Montpellier, Marseille et Toulouse, fondent, un petit matin, sur la petite ville héraultaise de Saint-Pons-de-Thomières et ses environs pour une vingtaine de perquisitions et une dizaine de gardes à vue. Les prévenus sont suspectés de terrorisme, pas moins.
Dans l’affaire du « Corbeau », cet individu qui ose lui envoyer des lettres de menaces accompagnées de balles de revolver, Sarkozy veut du résultat.
Qui a voulu la médiatisation outrancière de cet événement ? Comment a-t-il pu aboutir à un flop aussi retentissant ? Comment les habitants de cette vallée ont-ils réagi ?
Cette chronique pittoresque, parfois sulfureuse, retrace cette affaire par une série d’entretiens avec les victimes de ces gardes à vue et perquisitions abusives, décrit l’hypermédiatisation de l’affaire et revient sur les causes directes et indirectes de cette intervention policière.

La Dépêche du midi parle de la sortie du livre : "Un an après leur placement en garde à vue, les faux corbeaux de Saint-Pons-de-Thomières règlent leurs comptes dans un livre. Ils avaient été injustement soupçonnés d’être les auteurs des lettres anonymes et des balles envoyées à des hommes politiques dont Nicolas Sarkozy (...)" (lire la suite de l’article)

- Commander le livre sur la boutique des mutins (L’intégralité des recettes est reversée au Secours Populaire)