Menu

La Place. La première comédie musicale algérienne

ESSAHA (La place), un film de Dahmane Ouzid.

Première comédie musicale algérienne qui a commencé à s’écrire en 1988 pour être tournée en 2009 et sortir sur les écrans français en 2012 grâce à nos copains des Films des 2 Rives. Preuve s’il en est que le cinéma comme la vie sont souvent affaires d’opiniâtreté et de détermination. Et c’est étonnant comme le titre du film fait écho, 24 ans plus tard, à ce qui s’est déroulé ces derniers mois dans le monde arabe. En particulier sur la place Tahrir, en Egypte.

En tout cas, il est assez rare, pour le souligner, de voir à l’écran les corps de filles et de garçons d’Algérie se déhancher ensemble sur une bande originale composée pour l’occasion par les fondateurs de l’Orchestre National de Barbès.

Malgré ses maladresses et à sa touchante naïveté, le film dresse en filigrane le portait d’une jeunesse algérienne, dont le principal souhait est de croquer la vie à pleine dents, en butte avec les monolithes institutionnels d’une société qui n’a pas su évoluer. Et dont bon nombre des rêves de l’indépendance (dont on fête en 2012 le cinquantenaire) ont été depuis trop longtemps oubliés ou confisqués.

Le film a par ailleurs reçu le prix René Vautier et Mohamed Bouamari (notre grand copain réalisateur disparu en 2006) remis par Costa-Gavras, à Montpellier, en 2011.

- Lire aussi la critique du Monde.

Le film est présent dans une seule salle à Paris, à l’Epée de bois. Il y a d’autres projections en France que l’on peut découvrir sur le site du film

BANDE ANNONCE

← De mémoires d’ouvriers au cinéma TV-B-GONE : Eteignez votre télé et venez rencontrer le hacker Mitch (...) →